FR | EN | 

Découvrez toute l’actualité et les articles de TNUMIS Magazine en exclusivité

Le Trésor du Douro

Les 20 et 21 novembre 1996, la maison de vente internationale Christie’s organise à Londres la vente aux enchères du trésor du Douro. L’événement est un succès. Il attire, non seulement les numismates, mais aussi le grand public qui montre un intérêt considérable pour ce trésor. Il s’achète un peu de rêve et d’aventure en se procurant une pièce d’or ayant passée 114 années au fond de la mer.

souverain or 1872 trésor rms douro naufrage AU 53 étiquette

L’accident du RMS Douro

Le Douro : un bateau transatlantique

Le Douro était un bateau à vapeur construit en 1865 en Écosse. En tant que cargo de la compagnie Royal Mail Steam Packet Co. (RMS), il pouvait accueillir 313 passagers et un équipage de 80 personnes, mais était principalement destiné à transporter du courrier et des journaux. Sa cale était aussi souvent remplie de marchandises et de cargaisons précieuses d’or et de diamants.

Ce paquebot avait entrepris pas moins de 61 voyages, pendant 17 ans. Il naviguait toujours dans les mers du sud de l’Atlantique et desservait la route entre Buenos Aires, en Argentine, et Southampton, au Royaume-Uni. Il transitait par le Portugal, d’où son nom, emprunté au fleuve ibérique qui relie l’Espagne à Porto. Il ne termina jamais son 62e voyage, car il sombra lors de la dernière étape de sa traversée.

Le 1er avril 1882 : la nuit du drame

Le bateau quitte le port de Lisbonne avec 1h30 de retard le 31 mars. Pour rattraper le temps perdu, il avance à toute vitesse en direction de l’Angleterre. Le soir du 1er, par une nuit de pleine lune, le Douro passe au large du cap Finisterre.

Le quatrième officier du bateau repère un autre navire à environ 3,7 km de là. Pensant que le marin sur la passerelle l’a aussi remarqué, il ne juge pas nécessaire de l’en informer, grave erreur. Vers 22h45, le RMS Douro est percuté à tribord par l’Yrurac Bat espagnol. En 30 minutes, les bateaux sombrent. Les passagers sont sauvés in extremis, six personnes de l’équipage du Douro trouvent la mort, dont le capitaine et le premier officier qui se laissent emporter avec leur navire et les cargaisons d’or. Les survivants, secourus par le bateau à vapeur britannique Hidalgo, sont emmenés à La Corogne, en Espagne.

Le trésor du Douro

La quête archéologique

Il faudra attendre des années avant que l’aventureux Thomas Pickford se mette en tête de trouver l’épave. En 1949, il écrivit quelques mots sur un morceau de papier : « Douro, 1882, 53 000 livres. Golfe de Gascogne ». Il fit des recherches et mourut sans jamais avoir mis la main sur le trésor du Douro. Quarante ans plus tard, son enfant, Nigel, tombe par hasard sur la note de son père. Il décide de suivre ses traces. Dix années sont nécessaires pour qu’il collecte toutes les informations utiles sur le trésor du Douro. Il parcourt tous les journaux de l’époque du drame, fait des recherches auprès des assureurs et de la compagnie maritime, analyse les déclarations des survivants, entreprend des calculs et finit par dresser une carte avec une zone d’exploration réduite à 240 km.

En 1992, il s’entoure de l’explorateur suédois Sverker Hallstrom, spécialiste d’expéditions d’épaves de mer. Ils sont équipés de matériel de pointe dont un robot avec un sonar et une caméra vidéo. Seulement, ils ne savent toujours pas où se cache exactement le cargo dans une mer de 500 mètres de profondeur.

Un patrimoine merveilleux

Après des mois de recherche et des efforts considérables, ils dénichent le cargo en 1993, mais ne mettent la main sur des lingots d’or et des pièces d’or qu’en 1995. Le trésor du Douro est déclaré aux autorités et transféré à Jersey. Les chercheurs devront attendre une année et un jour avant que le trésor soit libéré pour qu’ils puissent récupérer leur argent. Le trésor du Douro est confié à la maison Spink and Son de Londres, propriété de Christie’s, qui procède à sa classification. Dans les mois suivants, la vente aux enchères a lieu.

On comptabilise environ 10 000 pièces d’or intéressantes à la vente. Ce sont essentiellement des souverains anglais du XIXe siècle. Beaucoup datent du règne de Victoria et ont été frappés à son effigie, dans les ateliers de Londres, Melbourne et Sydney. Le montant total est estimé à 10,3 millions de francs. Chaque souverain est estimé entre 800 et 8.000 francs pièce. Ceux qui proviennent d’Australie avaient été conservés à la banque de Lisbonne et devaient rejoindre Londres, ce qui explique leur état neuf et leur grande valeur. Le trésor du Douro était aussi composé de pièces d’or brésiliennes datées des années 1750 à 1830 et de quelques monnaies portugaises.

La vente fut un succès. Désormais, les numismates du monde entier sont à la recherche des plus beaux souverains en provenance du trésor du Douro.

Sources :
Les échos
Allgold Coins
Gold sovereign expert
wikipédia

Derniers articles publiés

L’Union Latine : un pan de l’histoire numismatique européenne

Dans l’univers fascinant de la numismatique, l’Union Latine se dévoile comme une épopée monétaire aux multiples facettes. Cette alliance entre différentes nations, créée à la fin du XIXe siècle, a…

World Money Fair 2024

World Money Fair Berlin ThomasNumismatics.com

Explorez le Monde de la Numismatique au World Money Fair de Berlin Chaque année, le World Money Fair de Berlin attire des passionnés de numismatique du monde entier pour célébrer…

Monnaies antiques : un voyage fascinant dans l’histoire numismatique

1007px-Pannini,_Giovanni_Paolo_-_Gallery_of_Views_of_Ancient_Rome_-_1758

Les monnaies antiques représentent un fascinant chapitre de l’histoire numismatique. Ce sont les plus anciennes pièces du monde qui témoignent de grandes civilisations. Dans cet article, nous plongeons dans l’univers…

Découvrir tous les articles