FR | EN | 

Découvrez toute l’actualité et les articles de TNUMIS Magazine en exclusivité

Le trésor numismatique du Santa Leocadia

Le navire Santa Leocadia quitte le port péruvien de Lima, le Callao, le 7 novembre 1800. La frégate espagnole composée de 34 canons et de dizaines de passagers est commandée par le capitaine Antonio Barreda et destinée à rejoindre les ministres du Trésor royal du Panama

Une cargaison de monnaies d’or et d’argent espagnoles 

Sa cargaison est donc conséquente. Selon Julio Estrada cité par Mariano Sánchez, capitaine de la frégate en service passif, le navire transportait 1 250 000 pesos, des pièces en or et en argent, aujourd’hui prisées par les numismates

Ce sont essentiellement des reales espagnoles frappés à Lima, les monnaies d’usage dans l’Empire espagnol depuis le XIVe et qui perdureront jusqu’au milieu du XIXe siècle. Le trésor de Santa Leocadia était composé de pièces de 8 reales avec portrait frappés à Lima. Il existe aussi des monnaies avec des épis d’argent datant du milieu à la fin XVIIIe siècle, provenant de la banque de Potosi. Cette partie du trésor provient certainement d’une bourse privée, car il ne faisait pas partie du million déclaré au départ. 

Le naufrage du Santa Leocadia 

Dans la soirée du 16 novembre 1800, vers 20h30, le pilote du bateau, Don Gaspar de Bejarano, heurte un banc près du Cap Saint-Hèlene. L’accident se déroule à environ 100 mètres de la côte Équatorienne. La frégate coule, fait 140 morts et emporte avec elle le trésor espagnol

Cette région de navigation est effectivement périlleuse. 119 ans plus tôt, non loin de là, un autre navire espagnol, le Santa Maria de la Consolacion, s’était échoué sur l’Isla de Muerto. 

Rapidement, le royaume espagnol organise explorations et sauvetages, car il savait exactement où le bateau avait coulé. La légende dit qu’il récupéra près de 90 % de la précieuse cargaison et que les pirates, au fil du temps, terminèrent le travail. 

Selon le rapport de sauvetage réel, l’investigation eut lieu deux mois après le naufrage, en janvier 1801, et dura environ trois mois. En avril, la mer devient mauvaise, comme à chaque saison. Des vagues de 10 mètres se forment, l’une d’elle brise d’ailleurs une partie de la coque, qui se disperse et rend les trouvailles difficiles. Les recherches s’arrêtent. Le trésor total récupéré est de 940 000 pesos sur les 1,2 millions enregistrés. La moitié de l’artillerie et de nombreux objets n’ont pas, non plus, été remontés. 

C’est certainement la raison pour laquelle, des années plus tard, le chercheur de trésor et collectionneur Carl Fismer, incrédule, demande un droit de sauvetage auprès du gouvernement équatorien. Il obtient la permission de retourner sur l’épave dans les années 1980 et récupère de nombreuses monnaies espagnoles

Les pièces de monnaies du trésor Leocadia étant aujourd’hui considérées comme rares, il paraît légitime de penser qu’il en reste encore beaucoup au fond de l’Océan. 

Sources :
Sedwick Coins
Cannon beach treasure
Aqua culture resources

Derniers articles publiés

L’Opération Bernhard : quand l’histoire et la numismatique s’entrelacent

forgednote

L’univers de la numismatique est souvent tissé de récits et d’événements historiques marquants. Parmi ces épisodes, l’Opération Bernhard se distingue comme une page sombre, mais fascinante…

La pièce de vingt dollars de 1933

bust of American eagle gold

Les pièces de vingt dollars ont été frappées aux États-Unis, pendant près de cent ans, entre 1907 et 1933. Ces monnaies d’or, ont une place de choix dans la numismatique…

L’Union Latine : un pan de l’histoire numismatique européenne

Dans l’univers fascinant de la numismatique, l’Union Latine se dévoile comme une épopée monétaire aux multiples facettes. Cette alliance entre différentes nations…

Découvrir tous les articles