Louis XIII

Double Louis d’or – à la croix de Templier – 1640 A Paris – Frappe au marteau

30 000

TTB

Louis XIII

TTB

Double Louis d’or – à la croix de Templier – 1640 A Paris – Frappe au marteau

30 000

Description :

Monnaie ayant conservé une partie de son brillant d'origine. Frappe au marteau qui explique un défaut de flan au revers à 7h avec une très légère fente à l'avers. Exemplaire d'une insigne rareté.

Période
Louis XIII
Type
Double louis d'or
Année
1640
Atelier / Ville
Paris
Diamètre
29 mm
Poids
13,4 g
Tranche
Lisse
Métal
Or
Rareté
D'une insigne rareté, R5
Ajouter aux favoris
  • Commentaires :

    Double Louis d’or à la Croix de templier dit également Double louis d’or à la croisette.

    Seconde effigie – 2ème type. Sans baie, grosse vieille tête et différent croix de templier. Tranche lisse.

    Indice de rareté R5. Monnaie collection manquant à la plupart des collections.

    Cette monnaie est l’oeuvre du maître de la monnaie de Paris Louis Delacroix, réputé pour ses frappes très soignées pour concurrencer directement les frappes au balancier ( frappe mécanique ) par Jean Warin. Il est à l’origine des premiers louis d’or frappés au marteau avec le célèbre Louis d’or à La Croix de templier.

    Ces louis d’or frappés au marteau avec un style inhabituel et ses imperfections liées à la frappe, seront interdits en janvier 1641. Cela cloture la fin de plus de 2000 ans de fabrication manuelle au profit de la modernité avec un monnayage mécanique.  

    L’analyse de documents d’archives nous permet d’expliquer les causes d’une telle différence de portrait entre le 1er type et le 2ème type concernant les Doubles Louis d’or à La Croix de Templier.

    Les documents conservés dans les archives de la cour des monnaies ( AN, Z1B 82 et 408 ), nous apprennent qu’à la fin de l’année 1640, le graveur général Lorfelin était dans l’incapacité de fournir les poinçons. Afin de ne pas retarder les frappes, Delacroix sollicita l’orfèvre Parisien Claude Ballin, afin de graver un poinçon d’effigie du roi pour les doubles Louis d’or et de réparer 3 pilles. Ballin s’exécuta et présenta son poinçon d’effigie à Delacroix ainsi qu’aux commissaires de la cour chargés de surveiller les fabrications des Louis. Tous furent satisfaits de son travail, si bien que le poinçon fut remis à Pierre Blaru, graveur particulier de la monnaie de Paris, afin de réaliser des coins.

    Les Doubles louis d’or à la première effigie et au millésime 1640 ont été frappés à l’aide de coins utilisant le poinçon livré par Jean Darmand Lorfelin le 5 juillet 1640 et que les doubles louis de la seconde effigie, aux millésimes 1640 et 1641 ont été frappés à l’aide de coins réalisés à partir du poinçon d’effigie de Claude Ballin.

    D’après un article réalisé par Fernand Arbez, Christian Charlet, Arnaud Clairand, Jean-Yves Kind. Les monnaies d’or frappées sous Louis Delacroix, maître de la monnaie de Paris ( 1635-1642 ).