FR | EN | 

Découvrez toute l’actualité et les articles de TNUMIS Magazine en exclusivité

Le Naufrage de l’Elingamite

Le naufrage du SS Elingamite, au large du nord de la Nouvelle-Zélande, est une tragédie qui emporta des vies au début du XXe siècle. L’accident laissa aussi au fond des mers un trésor, que bon nombre de plongeurs aventureux ont tenté de découvrir. Certains ont réussi à remonter quelques monnaies, essentiellement des pièces en argent frappées en Grande-Bretagne, aujourd’hui prisées par les numismates.

Le navire Elingamite

Le SS Elingamite était un cargo australien qui appartenait à la compagnie de transport maritime Huddart Parker. Il a été construit en 1887 à Newcastle, en Angleterre, par l’entreprise CS Swan & Hunter. Après deux mois de traversée, il arrive à Sydney en novembre 1887. Ce bateau à vapeur à coque en acier, de 98 mètres et pesant 2 585 tonnes, avait une capacité de 200 passagers dont 100 en 1ère classe. Pensé en tant que croiseur, il était aussi armé de quatre canons et de mitrailleuses.

Le naufrage de l’Elingamite

Le 5 novembre 1902, l’Elingamite quitte le port de Sydney en matinée pour réaliser sa course habituelle entre la ville australienne et Auckland, en Nouvelle-Zélande. Le capitaine Ernest Atwood et 52 membres d’équipage sont à bord accompagnés de 136 passagers. Le navire transporte aussi une cargaison de monnaies d’or et d’argent pour les banques néo-zélandaises.

Le 9 novembre 1902, le brouillard se lève et gène la visibilité. Il est déjà trop tard lorsque le capitaine aperçoit l’île West Island, le navire se dirige droit vers le rocher et finit par le percuter. Le bateau sombre en une vingtaine de minutes. Les passagers arrivent à sauter dans six canots de sauvetage et deux radeaux de fortune. Ils naviguent et se disséminent dans l’archipel des Three Kings Islands. Un canot atteint l’île principale et est retrouvé deux jours plus tard par le SS Zealandia. D’autres embarcations arrivent à l’île de Great King et à Houhora en Nouvelle-Zélande. Un radeau, de quatre mètres sur deux, dérive près de cinq jours avant d’être retrouvé par le Penguin. Huit des seize passagers n’ont pas survécu, ils avaient deux pommes pour unique nourriture. On ne retrouva jamais l’un des bateaux. Au total, 17 membres de l’équipage et 28 passagers sont morts au cours de la tragédie.

Une enquête de deux mois déclare le capitaine Atwood coupable de négligence. On lui retire son brevet et il est condamné à payer une amende de 50 livres. Quelques années plus tard, la station navale d’Australie certifie que l’emplacement de l’archipel des Three Kings Islands sur les cartes n’était pas exact. Le capitaine avait donc navigué avec de fausses cartes. L’enquête fut à nouveau ouverte et le capitaine fut disculpé, on lui rendit ses 50 livres…

sauvetage naufrage Elingamite
Copyright Inconnu
Auckland Libraries Heritage Collections 7-A14331

Le trésor du naufrage Elingamite

Au large de la côte nord de la Nouvelle-Zélande, à environ 50 kilomètres du cap Réinga, l’épave de l’Elingamite gît toujours au fond de l’Océan.

Quand le navire sombra, il emporta avec lui une cargaison de 14 000 livres de pièces d’argent et 3 000 livres de pièces d’or d’une valeur estimée à deux millions de dollars actuels. Les pièces avaient voyagé depuis l’Angleterre où elles avaient été frappées, et envoyées en Nouvelle-Zélande pour reconstituer les approvisionnements en baisse des banques. Un trésor qui reste légendaire pour les numismates.

Pendant des années, des chercheurs aventureux ont tenté de mettre la main sur le trésor de l’Elingamite, sans grand succès. Harper Subritsky, fait, par exemple, une tentative infructueuse en 1958. D’autres expéditions de recherche sont menées, mais l’histoire de l’Elingamite reste tragique jusqu’au bout. Plusieurs accidents de plongée ont lieu et la chasse au trésor cesse après la mort de deux plongeurs, Eric Harper et Clark.

En 1956, des plongeurs néo-zélandais, Kelly Tarlton, Wade Doak, Malcolm Blair, John Dearling et d’autres, entreprennent une expédition qui dura cinq ans. Ils mettent la main sur des pièces d’argent et de cuivre, mais assez peu de souverains d’or.

Certains objets sont conservés dans la collection du Musée de Paihia et les pièces de monnaies d’or et d’argent du naufrage de l’Elingamite sont prisées par les collectionneurs.

L’épave Elingamite est désormais devenue une propriété privée dont les droits ont été vendus par la compagnie d’assurance d’origine. Une grande partie du trésor gît toujours à 50 mètres de profondeur. À bon entendeur…

Sources :
Auckland City
Teara, l’encyclopédie de Nouvelle-Zélande
Christchurch city council
Wikipédia

Derniers articles publiés

L’Union Latine : un pan de l’histoire numismatique européenne

Dans l’univers fascinant de la numismatique, l’Union Latine se dévoile comme une épopée monétaire aux multiples facettes. Cette alliance entre différentes nations, créée à la fin du XIXe siècle, a…

World Money Fair 2024

World Money Fair Berlin ThomasNumismatics.com

Explorez le Monde de la Numismatique au World Money Fair de Berlin Chaque année, le World Money Fair de Berlin attire des passionnés de numismatique du monde entier pour célébrer…

Monnaies antiques : un voyage fascinant dans l’histoire numismatique

1007px-Pannini,_Giovanni_Paolo_-_Gallery_of_Views_of_Ancient_Rome_-_1758

Les monnaies antiques représentent un fascinant chapitre de l’histoire numismatique. Ce sont les plus anciennes pièces du monde qui témoignent de grandes civilisations. Dans cet article, nous plongeons dans l’univers…

Découvrir tous les articles